Tout le monde, ou presque, aime les festivals : en plus de régaler nos oreilles à longueur de journée avec de nombreux artistes, ils ont (souvent) lieu en période estivale et, de fait, sont synonymes d’apéro, de camping et de fête, le tout entre copains. La « bonne ambi » est donc très souvent garantie, et les souvenirs qu’il en reste sont exquis. 

Mais il ne faut pas faire des généralités : mettre tout le monde dans le même panier est injuste, en particulier pour les meilleurs. Aujourd’hui je vais vous parler de l’un de ces « meilleurs » à mes yeux (et à mes oreilles) : le festival de l’enfer, le Hellfest.

Le Hellfest fait beaucoup parler, mais pas pour ne rien dire :

Niveau musique tout d’abord : c’est un festival ayant une programmation à l’identité forte : « musique métal extrême », c’est à dire uniquement métal, hardcore, punk et hard-rock. Et leurs dérivés bien entendu. Quand on y va, on sait de suite qu’on va pas tomber sur C2C ou Zaz, et qu’aucun des morceaux qu’on entendra en live passera sur NRJ ou Skyrock. En gros, cette année le Hellfest c’est 159 groupes sur trois jours, qui se partagent 6 scènes, 2 mainstages et 4 plus spécialisées. Bref, y’a de quoi se rincer les oreilles.

Le lieu ensuite : le Hellfest réveille la campagne de Loire-Atlantique, près de la petite ville de Clisson, sur le même site que l’année dernière. L’arrivée sur le lieu fait rêver : « Welcome to hell », tout est dit.

Welcome to Hell - HellfestUne fois dedans, c’est le Disneyland des hard-rockeurs et gothiques : au milieu des scènes sont parsemés des décors et équipements aux couleurs du festival fait par Monic La Mouche, des sculptures et créations des artistes Madneom et Marco Di Metalun, ainsi qu’un Extrême Market (avec merchandising et tatoueurs) et un espace pour les dédicaces. En bien évidemment une grand aire de restauration, de nombreux bars et même, nouveauté 2013, des barmen mobiles pour se désaltérer au cœur de la foule ! Le meilleur pour la fin : un petit bois où faire la sieste ou l’apéro entre deux concerts… Le rêve quoi !

Enfin, l’ambiance est remarquable ! Malgré la spécialisation du festival, la diversité des scènes et styles représentés permettent la rencontre de papis-rockers et d’enfants gothiques, le tout dans un bel esprit de simplicité et de tolérance… un festival où l’on se sent bien bien bien ! Rien de tout ça ne serait d’ailleurs possible sans les efforts des 2000 bénévoles présents sur l’événement.

Le Hellfest c’est donc une histoire de passion, on y va pour faire des rencontres, qu’elles soient artistiques ou amicales, et pour passer de bons moments, guidés par la musique et l’univers qui gravite autour.

 

 

Le Hellfest 2013 : du 21 au 23 juin

Cette année encore, la programmation est à la hauteur de mes attentes. Des groupes qui y sont déjà passés, certes, mais aussi bien d’autres, faisant entre-autres la part belle au punk : The Toy Dolls, Buzzcocks, Bad Religion, NoFX, The Decline, etc.

Des classiques du hard rock, toujours : Twisted Sister, Kiss, ZZ Top, etc. Et du métal plus (voire très) pointu : Gojira, Stone Sour, Korn, Lordi, Mass Hysteria, etc.

 

Pour résumer, et désolé d’avance à Christine Boutin, Philippe de Villiers et aux membres de Civitas, le Hellfest n’est pas un haut lieu de violence, nazisme et satanisme, mais une superbe opportunité pour les profanes de s’ouvrir un peu l’esprit, et, pour les autres, de prendre un pied royal !

Bref, il faut y aller au moins une fois dans sa vie.

Paola Vavasseur
Me trouver :

Paola Vavasseur

Rédac Chef, amoureuse (de culture, communication et voyages) et passionnée (par les choses innovantes, intelligentes & rigolotes) !
Paola Vavasseur
Me trouver :

Written by Paola Vavasseur

Rédac Chef, amoureuse (de culture, communication et voyages) et passionnée (par les choses innovantes, intelligentes & rigolotes) !

2 Comments

Dams

Bonjour,

Merci pour ce bel article.

Juste une précision sur le contexte du HF: Clisson n’est pas un village mais une ville de pas loin de 7000 habitants intégrée dans une communauté de communes de 37000 habitants… le tout à environ 30 minutes de Nantes….alors même si c’est au cœur du vignoble c’est quand même pas la creuse 🙂

Au passage, ça vaut le coup de sortir du festival pour visiter Clisson, c’est une ville atypique (Ancienne marche de la Bretagne) qui a été détruite et reconstruite (Guerre de Vendée) avec un style italien, le tout autour des reste du château médiéval à la confluence de la Sèvre Nantaise et de la Moine….C’est juste beau à voir avant de se remplir les esgourdes de métal!

m/ On se croise au festoch! m/

Paola

Hello !

Heureuse que cet article te plaise !
Merci pour les précisions, j’avoue ne pas être de la région et je pensais réellement que Clisson était un village ahah erreur fatale !

J’essaierai de visiter Clisson si je trouve un petit moment, surtout qu’il y a des animations dans la ville pendant le festival !

Au plaisir de te croiser parmi la foule 😉

Comments are closed.