Lundi 19 mai 2014. Changement du temps sur Cannes, une belle journée quasi estivale a cédé la place à une journée pluvieuse  grise et un peu froide. Heureusement le cinéma permet toutes les évasions et tous les voyages surtout à Cannes.

Aujourd’hui , je me suis retrouvé dans la chaleur moite du Texas grâce au film Cold in July réalisé par Jim Mickle et présenté à la Quinzaine des réalisateurs, sélection parallèle cannoise. Ce thriller tendu avec Sam Shepard, Don Johnson et Michael C Hall ( alias Dexter dans la série éponyme) raconte l’histoire en 1989  d’un bon père de famille Richard Dane (Michael C Hall)  qui abat une nuit un voleur ayant pénétré dans sa maison. Cet événement va profondément bouleverser Richard, surtout que cette apparente histoire  de légitime défense s’avérera bientôt beaucoup plus complexe et aura des conséquences des plus surprenantes et sanglantes. Ce film adapté d’un polar de Joe.R  Lansdle  est un film des plus efficaces et qui va toujours dans des directions inattendues, mélangeant les genres et les atmosphères avec des personnages complexes et fouillés en particulier Sam Sherpard qui surprend, effraie et émeut selon les moments. Il fait chaud certes mais ici beaucoup de monde finira refroidi comme le laisse présager le titre américain. Le titre français Juillet de Sang lui aussi ne ment pas, le sang gicle, tache et laisse des traces mais il n’y a  pas de violence pour la violence chez Jim Mickle car ce qui intéresse le réalisateur c’est avant tout les liens du sang et en particulier la relation père-fils. Comment protéger au mieux son enfant ? Dans notre monde complexe corrompu et violent, les relations familiales sont loin d’être toujours apaisées, les démons ne sont pas qu’extérieurs et le pire des maux est intérieur. Lorsque le mal a contaminé le plus profond de l’âme, on ne plus rien protéger et la violence ne peut que se déchainer et le sang inévitablement couler. Heureusement face au lien biologique, il y a l’amitié . Chez Jim Mickle, les relations amicales sont plus fortes, fondées sur le respect profond et sur la fidélité. Les vrais amis , ceux qui n’ont pas peur de se sacrifier  et qui veulent jusqu’au bout faire triompher la justice et la dignité sont les liens véritables sur lesquels on peut compter dans le film. Ce sont les liens qui nous font humain.

à  suivre …

Cold in July presenté à la Quinzaine des réalisateurs le lundi 19 mai à Cannes

Cold in July presenté à la Quinzaine des réalisateurs le lundi 19 mai à Cannes

Matthias Hardoy

Matthias Hardoy

Parle beaucoup de cinéma et un peu d'autres choses (radio, théâtre...) Franco- espagnol de nationalité, finnois de cœur et parisien depuis peu...
Matthias Hardoy

Written by Matthias Hardoy

Parle beaucoup de cinéma et un peu d'autres choses (radio, théâtre...) Franco- espagnol de nationalité, finnois de cœur et parisien depuis peu...