Cet article est extrait du n°11 de la revue Y, téléchargeable ici.

(c) José María Pérez Nuñez.

(c) José María Pérez Nuñez.

Si vous connaissez forcément Captain America, Iron Man ou Black Widow, des noms comme ceux de Jack Kirbi, Steve Ditko, Alex Alonso, ou encore Ryan Meinerding vous parlent peut-être moins.  Pourtant, ce sont les grands noms qui se cachent derrière Marvel depuis sa création en 1939 jusqu’aux comics et aux films plus récents. Malgré son statut de quasi rock-star, Stan Lee n’est certainement pas le seul à gérer la « Maison des Idées », même si c’est lui qui a donné son nom à ce studio mythique où les premiers super-héros ont vu le jour.

Des héros au musée

Depuis le 22 mars, on peut trouver au Musée des Arts Ludiques à Paris une exposition entière consacrée aux super-héros de Marvel : une première mondiale, ne manquera-t-on pas de souligner. Entre les planches originales, le concept art autour des films et les sculptures des accessoires, on trouve des interviews de Stan Lee entouré d’autres spécialistes qui discutent la valeur symbolique des couleurs, la philosophie des personnages, ou encore leur mise en contexte historique.

Pour les comics, c’est un aboutissement sans être une fin en soi. Les planches de Jack Kirby (membre fondateur de Marvel) et de Frank Miller (Sin City, Batman : Dark Knight) se retrouvent côte à côte. Il y a quelque chose de très émouvant quand on se retrouve face à une couverture originale de 1970 de Captain America par Marie Severin (dessinatrice chez Marvel surtout connue pour son travail sur Hulk ou Doctor Strange) : on voit le crayon qui a été utilisé pour esquisser l’ensemble dépasser sous l’encre par endroit, la précision du trait est saisissante et le rendu impeccable. Il faut croire que c’est bien chez Marvel qu’on trouve la descendance de Gustave Doré et des autres  graveurs et illustrateurs de renom du XIXe siècle.

Des héros de leur temps

Les super-héros n’ont pas toujours connu le même succès, et porter au grand écran X-Men et Avengers a certainement fait beaucoup pour leur cause. Dans les années 50, les ventes baissent énormément : dans la reconstruction d’après-guerre et au début de la guerre froide, le public américain est surtout fasciné par les espions et les aventures de science-fiction. Ce sont les années 60 qui voient le renouvellement créatif des comics et la naissance de super-héros dont même la personne la plus imperméable à la magie Marvel ne peut ignorer les noms : Spider-Man, Hulk,…

Marvel s’adapte à son époque. Spider-Man est inventé dans une période de crainte de modifications génétiques. Peurs qui sont loin d’avoir disparu de nos jours. En 1963, Tony Stark, futur Iron-Man, un sarcastique vendeur d’armes, est créé en réponse à la guerre du Vietnam. Quand il est porté à l’écran en 2009, c’est sur fond d’interventions américaines au Proche-Orient.

Des héros du dessin

Amener les comics au musée c’est aussi reconnaître le travail titanesque des équipes. Les couvertures sont magnifiques, mais pour créer une seule planche, il faut quelqu’un pour s’occuper du dessin préparatoire, quelqu’un pour tout refaire à l’encre, quelqu’un pour écrire dans les bulles, et en plus, de nos jours, tout le processus passe aussi par l’ordinateur. Et si une seule personne peut faire l’ensemble de ces tâches, ce n’est pas toujours le cas. Sans compter le travail en amont ! Pour créer Iron-Man en 1963, Stan Lee et Don Heck ont travaillé sur un grand nombre d’esquisses de costumes avant de valider l’existence du personnage. Comme pour toute BD, l’illustrateur et l’auteur travaillent main dans la main, mais à Marvel, toute storyline comme toute altération de costume doit être approuvée par un Senior Editor. Celui-ci est généralement un auteur-illustrateur en charge d’une des séries de comics sur une longue durée. Et à la tête de tout ce beau monde, on trouve le rédacteur en chef (depuis 2011 c’est Axel Alonso). La particularité de ces derniers au sein de cette grande entreprise est qu’ils sont tous issus de la maison et ont monté les échelons de Marvel en participant à des séries à succès. Ils ont donc l’avantage de connaître le processus de A à Z et d’avoir fait leurs preuves.

Mention spéciale aux films, puisqu’ils ont donné un souffle nouveau aux super-héros. En 2009, Ryan Meinerding réalise le concept-art du premier Iron Man, depuis il est à la tête du département de conception artistique (costumes, accessoires, propositions de mises en scène,…). Marvel a la même méticulosité et volonté de cohérence derrière ses films que derrières ses comics.

Et ce n’est pas prêt de s’arrêter, pour notre plus grand plaisir !

Eléonore Duluc

Eléonore Duluc

Rédactrice "Arts vysuels", passe autant de temps dans les musées que sur internet, pense que la culture compense l'absence de sommeil.
Eléonore Duluc

Written by Eléonore Duluc

Rédactrice "Arts vysuels", passe autant de temps dans les musées que sur internet, pense que la culture compense l'absence de sommeil.