Si vous appréciez un minimum les histoires de vampires, de sorcières, de princesses vaudou, si vous avez adoré la dernière saison de American Horror Story, et si vous aimez un peu (ou beaucoup) le jazz, alors vous avez déjà du rencontrer la Nouvelle-Orléans à un moment ou à un autre. Et sans doute, cette ville évoque pour vous un mélange de rythmes endiablés et de couleurs d’épices virevoltants dans les airs, sous couvert d’une aura bien mystérieuse. Si c’est le cas, vous n’êtes pas très loin de la vérité ! La Nouvelle-Orléans est une ville aux multiples facettes et qui semble en constante célébration d’elle-même. Et c’est peut-être parce qu’elle a l’habitude de se préparer au pire (sous la forme d’un ouragan ou d’une malédiction vaudou) qu’elle sait si bien profiter de la vie.

Louer un appartement à la Nouvelle-Orléans est une affaire d'esprit...

Louer un appartement à la Nouvelle-Orléans est une affaire d’esprit…

Cette ville, je l’ai découverte il y a deux ans, et je préfère vous prévenir immédiatement si vous comptez y entreprendre votre prochain voyage : partir dans la ville la plus hantée des Etats-Unis, c’est nécessairement y laisser une partie de soi et l’échange de la promesse d’y revenir un jour. Une sorte de sacrifice aux créatures de la nuit qui habitent l’endroit.

Il y a énormément d’endroits à voir et une culture unique aux Etats-Unis à découvrir, cependant, il faut se souvenir que la Nouvelle-Orléans est aussi la ville qui compte le plus de meurtres par habitant dans tous les USA. Alors, si vous ne connaissez pas de locaux pour vous faire visiter les cimetières, les bayous, et certaines maisons hantées, prenez un guide dès qu’il s’agit de vous aventurer hors du Quartier Français.

Au cœur du Quartier Français.

Le Quartier Français, malgré son nom qui peut porter à confusion, est espagnol et le centre historique de la ville fondée en 1718.  C’est LE quartier touristique de la ville. On y trouve un marché couvert où les bijoux précieux rencontrent les têtes de crocodiles. Là-bas, marchands, artisans et charlatans se partagent l’espace, et après y avoir goutté votre premier gumbo vous ressortirez de l’endroit avec une fleur de lys en collier et pour seule explication à donner à vos amis « non mais je t’assure, je ne suis pas royaliste, c’est le symbole de la ville, on le retrouve partout ! » – et si vous êtes royalistes (nous n’excluons aucun lecteur), « oui oui, je suis royaliste, mais ce collier c’est essentiellement parce que c’est le symbole de la ville… C’est fabuleux, non ? ».

Dans le Quartier Français on trouve aussi « Le Café du Monde » qui comme son nom l’indique, est un café conforme au modèle français (si ce n’est qu’il y a beaucoup plus de serveurs que dans n’importe quel café parisien). C’est une maison de renom à la Nouvelle-Orléans, et il faut s’y arrêter pour y prendre des beignets. Fun fact : ce que les locaux appellent beignets sont en fait une variation de la bugne lyonnaise, the more you know.

Même pas un peu faim là?

Même pas un peu faim là?

Une fois que vous êtes repu, il faut encore aller admirer la statue de Jeanne d’Arc et entrer dans la Cathédrale Saint Louis, la plus ancienne cathédrale des Etats-Unis. Si besoin est, vous pouvez même y acheter de l’eau bénite, vous savez, en cas de créature maléfique ou autre. Sur les parvis de la Cathédrale il y a toujours trois ou quatre liseurs de bonne aventure si jamais vous voulez vous faire tirer les cartes.

Derrière la Cathédrale, une des plus belle rues de la Nouvelle-Orléans : Royal Street. Dans les maisons de style colonial qui bordent la rue se trouvent des galeries d’art, de plus ou moins bon goût, des boutiques de vêtements vintage et quelques boutiques de magie relativement soft. Vous pouvez y acheter votre premier grimoire ou votre premier tarot sans vous sentir trop mal à l’aise. D’ailleurs, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide au vendeur, vous pourrez toujours ressortir de là en ayant eu une discussion intéressante sur la culture de la magie et les pratiques wiccans qui font la réputation de la Louisiane. Sur cette rue piétonne, on trouve tous les 20 mètres des musiciens de rue. Le cliché de la chanteuse noire américaine avec son saxophoniste qui chante des morceaux de jazz dans les rues est tout sauf un cliché ici. Sur Royal, les gens chantent, dansent et profitent gaiement de la beauté de la ville.

Royal Street

Royal Street

Parallèlement à Royal Street se trouve sa jumelle maléfique : Bourbon Street. Bourbon Street, quand on s’y promène à 5h de l’après-midi et qu’on voit des gens sortant d’un bar en faisant la chenille, c’est en sachant qu’ils ont commencé la veille. D’expérience, si vous voulez passer une soirée sur Bourbon Street – et vous voulez passer une soirée sur Bourbon Street – restez dans le côté gay de Bourbon (moins de chance de violence, plus de musique sympa). Un conseil pour une soirée réussie dans cette rue : le bar nommé Oz pendant la Drag Show Night, ça vaut le coût et ensuite direction en face, au Pub, pour danser.

Bourbon Street by night.

Bourbon Street by night.

Voilà, vous devriez à présent avoir une assez bonne idée de ce qui vous attend dans le Quartier Français. Mais à la Nouvelle-Orléans, il y a toujours beaucoup plus à voir et à faire :

  • L’aquarium sur les bords du Mississipi : le lieu en soit est superbe et c’est la bonne solution à adopter face à un après-midi orageux.
  • City Park : le plus grand parc de la Nouvelle-Orléans. C’est là qu’une fois par an le festival de musique « Voodoo Experience » s’installe pendant trois jours au moment d’Halloween. C’est également l’endroit parfait pour admirer les grands chênes centenaires couverts de spanish moss qui bordent des bayous de petites tailles.
  • Le tramway sur Canal Street : toute une institution, il vous emmènera d’un bout à l’autre de la ville.
  • Le Lac Pontchartrain : prenez un vélo et baladez-vous du côté de Lakeview (pas besoin d’un guide là-bas, c’est le quartier le plus riche de la ville), le second plus grand lac salé des Etats-Unis, ça change de l’étang du village !
  • La plantation de Oak Alley : si vous avez justement l’occasion de vous déplacer et que vous voulez explorer un peu les abords de la ville sans tomber dans un bayou, visiter une plantation est toujours une expérience riche d’histoires au milieu de décors magnifiques. Celle d’Oak Alley est particulièrement connue puisqu’elle sert régulièrement de décor de film.
  • Haunted House Tour : une visite de nuit des maisons les plus hantées de la ville est une façon comme une autre de se (re)demander si les fantômes existent.
  • Les cimetières de la ville : pendant que vous y êtes, les cimetières de la Nouvelle-Orléans sont des œuvres d’art. La Nouvelle-Orléans se trouvant en-dessous du niveau de la mer, il est impossible de creuser sans trouver de l’eau, les tombes sont donc toutes hors-sols, ce qui donne lieu à des sculptures, diverses et variées, impressionnantes. Il faut alors se rendre sur la tombe de Marie Laveau « The Vodoo Queen » : il est dit que si l’on veut se faire accorder un vœu par la grande prêtresse, il faut dessiner un « X » sur sa tombe. Cependant, tout acte de magie a un prix, et il faudra également déposer une offrande si l’on veut voir le vœu se réaliser.

DSCF1622

Quel que soit l’aspect de la Nouvelle-Orléans qui vous interpelle (cuisine, histoire, magie), je vous jure, croix de bois croix de fer, que vous trouverez plus que satisfaction sur place. Et en attendant, comme on dit là-bas « Let the good times roll… »

La plantation de Oak Alley.

La plantation de Oak Alley.

Vous voulez découvrir nos autres articles Voyages ? Cliquez sur les icônes dans la carte ci-dessous, vous trouverez les liens des articles correspondants !

Eléonore Duluc

Eléonore Duluc

Rédactrice "Arts vysuels", passe autant de temps dans les musées que sur internet, pense que la culture compense l'absence de sommeil.
Eléonore Duluc

Written by Eléonore Duluc

Rédactrice "Arts vysuels", passe autant de temps dans les musées que sur internet, pense que la culture compense l'absence de sommeil.