cinema-larevuey-48

Les yeux et les oreilles grands ouverts, on vous donne la liste des films à voir chaque semaine… avant même que nous les ayons vus ! Cette sélection purement subjective se base rigoureusement sur nos perceptions des affiches, bandes annonces, critiques lues dans la presse, sur internet et toutes autres informations sur lesquelles nous sommes tombés, de façon plus ou moins inopinée.

À voir parmi les sorties cinéma du mercredi 3 juin 2015 :

Fin de Partie

Comédie dramatique allemande réalisée par Sharon Maymon et Tal Granit, avec Ze’ev Revach, Levana Finkelstein et Aliza Rosen (1h35).

Particularités ? Il s’agit d’une comédie traitant de la mort et de la vieillesse, afin de faire (sou)rire à propos de sujets difficiles et d’attiser l’ouverture d’esprit ! Ce film a reçu de nombreux prix lors de plusieurs festivals.

Le synopsis : « Cinq pensionnaires d’une maison de retraite de Jérusalem, ne supportent plus de voir leur ami malade souffrir. A la demande insistante de son épouse, ils se décident à construire une « machine pour mourir en paix » qui conduira le pauvre homme vers l’au-delà. Mais forcer le destin ne se révèle pas si simple. »

Graziella

Drame réalisé par Mehdi Charef, avec Rossy de Palma, Denis Lavant et Claire Nebout (1h38).

Particularités ? Rossy de Palma, l’une des actrices fétiches d’Almodovar, est davantage habituée des comédies, pourtant, le réalisateur a vraiment écrit ce film pour elle.

Le synopsis : « Il était projectionniste et avait le sentiment heureux de participer à la création des films. Elle était infirmière, et danseuse le soir… Avec son profil à la Picasso elle l’aimait, mais de loin sans y croire. C’était il y a 20 ans. Une autre vie. Le hasard et la prison ont fini par les réunir au rythme cadencé d’Une Journée Particulière d’Ettore Scola. Sous le regard d’Alice, une ancienne prostituée, ils finissent leur peine le jour à Jeanne d’Arc, un grand pensionnat fermé pendant les vacances d’automne, et la nuit dans des cellules mitoyennes en prison. Mais l’enfer n’est plus la prison, « Sing Sing » comme ils disent, mais « les autres ». Graziella et Antoine sont alors prêts au pire des défis pour survivre. »

Manglehorn

Drame américain réalisé par David Gordon Green, avec Al Pacino, Holly Hunter et Chris Messina (1h37).

Particularités ? Le projet du film est né alors que le réalisateur et Al Pacino devaient tourner une publicité ensemble. Ainsi, le rôle d’Al Pacino a réellement été fait sur mesure pour l’acteur, qui incarnait l’emblématique Parrain.

Le synopsis : « AJ. Manglehorn, un serrurier solitaire vivant dans une petite ville, ne s’est jamais remis de la perte de l’amour de sa vie, Clara. Obsédé par son souvenir, il se sent plus proche de son chat que des gens qui l’entourent et préfère trouver du réconfort dans son travail et sa routine quotidienne. Malgré tout, il entretient des relations humaines fragiles en maintenant un contact intermittent avec son fils, en ressentant une fierté mal placée pour son ancien protégé qui s’est détourné du droit chemin et en construisant une amitié prudente avec une femme au grand cœur guichetière à la banque. Alors qu’un nouvel amour se dessine, il se retrouve à la croisée des chemins et doit choisir entre rester enlisé dans le passé et vivre le présent. »

 

Ne tombez pas dans le piège, n’allez pas voir :

Allez, après le calme intersidéral qu’on a eu ces dernières semaines niveau bonnes sorties cinéma, on va pas cracher dans la soupe ! Allez tout voir, tout est bien, tout est beau !

Et si vous l’avez loupé la semaine dernière :

Los Hongos

Drame colombo-argento-franco-allemand réalisé par Oscar Ruis Navia, avec Jovan Alexis Marquinez, Calvin Buenaventura et Gustavo Ruiz Montoya (1h43).

Particularités ? Il s’agit d’une fiction très largement inspirée par le monde réel, et largement récompensée lors de plusieurs festivals (Locarno, Rotterdam, Cali, Costa Rica, etc.). Les acteurs sont tous non-professionnels, castés pendant plus d’un an et demi. Le titre du film, « Los Hongos » signifie « Les Champignons » en français. C’est une métaphore avec cette forme de vie qui existe et prolifère dans des environnements pas toujours hospitaliers, ce qui est le cas de Calvin et de la plupart des personnages. L’une des thématiques principales est le street art.

Le synopsis : « Dans la journée, Ras est ouvrier dans le bâtiment. Tous les soirs après le travail, il tague des graffitis sur les murs du quartier dans l’est de Cali (Colombie). Ras n’a pas dormi depuis longtemps et commence à rêvasser en plein jour. Quand il vole plusieurs pots de peinture pour finir une immense fresque murale, il est renvoyé. Sans le sou, il arpente la ville à la recherche de Calvin, son ami graffeur qui fait des études d’art et veille avec amour sur sa grand-mère. »

Bonne(s) séance(s) et à la semaine prochaine !

Paola Vavasseur
Me trouver :

Paola Vavasseur

Rédac Chef, amoureuse (de culture, communication et voyages) et passionnée (par les choses innovantes, intelligentes & rigolotes) !
Paola Vavasseur
Me trouver :

Written by Paola Vavasseur

Rédac Chef, amoureuse (de culture, communication et voyages) et passionnée (par les choses innovantes, intelligentes & rigolotes) !