Laura, Elli et Juulia sont trois jeunes femmes de notre génération Y, elles vivent en Finlande et sont les héroïnes d’un documentaire diffusé récemment sur Arte. La réalisatrice Mina Laaomo se rapproche au plus près de ses sujets pour essayer de capter au mieux les questionnements et les doutes de ces trois femmes en pleine construction.

Elli se remet peu à peu d’un séjour à l’hôpital suite à une tentative de suicide. Soutenue par sa sœur et sa mère, elle essaye de tourner la page et de reprendre des études.
La laconique Laura, étudiante en art, n’est pas du tout heureuse : peu à l’aise avec les autres, elle décide de partir au Japon pour redonner un sens à sa vie.
Juulia est une jeune femme en apparence bien dans sa peau. Passionnée de mode, elle tient un blog très populaire suivi par plus de 40 000 personnes. Mais sa vie ne ressemble pas tout à fait à celle qu’elle met en ligne. Juulia, en réalité pétrie de doutes, déplore le fait de ne pas pouvoir savourer l’instant présent.

Elli en pleine réflexion dans une foret finlandaise  enneigée

Elli en pleine réflexion dans une forêt finlandaise enneigée (capture Arte).

C’est un très beau documentaire sur le passage à l’âge adulte qu’a réalisé Mina Laaomo. Sans voyeurisme, avec respect et douceur, elle nous fait rentrer dans l’intimité de ces jeunes femmes complexes mais émouvantes.

Dans les splendides et calmes paysages de FinlandeLaura, Elli et Juulia rêvent, plongent dans leur passé et se questionnent sur leur avenir. Il est douloureux de devenir adulte et il n’est pas si facile de s’accepter et d’apprendre à s’aimer. Heureusement, certains nous tendent la main. Que ce soit la famille de Juulia, la mère et la sœur d’Elli ou la psychothérapeute de Laura, les trois jeunes femmes sont entourées de personnes bienveillantes qui font leur maximum pour que celles-ci prennent leur envol. Malgré l’amour des proches, pourquoi est-ce pourtant si dur de grandir ?

Le documentaire ne peut répondre à cette question car bien évidemment chacun a ses mystères, ses fragilités qui expliquent que le voyage vers soi n’est pas si tranquille. À travers Juulia, on voit aussi que le numérique ne rend pas forcément plus heureux, être suivie sur les réseaux sociaux et avoir de nombreux amis sur Facebook ne guérit pas forcément de ses peurs.

Aux dernières minutes du documentaire, les trois jeunes femmes semblent un peu plus apaisées. Elle semblent avoir compris qu’il faut savoir faire preuve d’indulgence avec soi-même. La route est longue, on a bien le droit de se tromper et de se casser la gueule pour mieux se relever.

À revoir sur Arte +7 jusqu’au 16/06 puis en VOD sur le site d’Arte.
Matthias Hardoy

Matthias Hardoy

Parle beaucoup de cinéma et un peu d'autres choses (radio, théâtre...) Franco- espagnol de nationalité, finnois de cœur et parisien depuis peu...
Matthias Hardoy

Written by Matthias Hardoy

Parle beaucoup de cinéma et un peu d'autres choses (radio, théâtre...) Franco- espagnol de nationalité, finnois de cœur et parisien depuis peu...