Lisbonne, c’est LA destination du moment, grâce à son climat, ses habitants, ses ruelles animées, ses couleurs… Difficile, du coup, de sortir des sentiers battus et d’échapper aux nombreux touristes Français (encore eux nous !). Après avoir visité les lieux les plus emblématiques de la ville, on a donc essayé, pour vous lecteurs d’Y, de dégoter quelques bons plans de notre botte secrète. Parce que le meilleur moyen d’entamer la rentrée, c’est déjà de planifier ses prochaines vacances !

> Manger (c’est important !)

Sardine plutôt que brandade de morue

On ne va pas se le cacher : la brandade de morue, en plus de réveiller des souvenirs de cantine, c’est comme le chou-fleur, c’est un plat difficile à kiffer (franchement, que celui qui aime sincèrement le chou-fleur se dénonce !). Ça tombe bien, parce que finalement, la vraie star à Lisbonne, c’est la sardine ! Oubliez les petits poissons tout serrés dans leur boîte Connétable, ici, on les déguste sous toutes leurs formes : grillées, en rillettes, en pâté… Et on en redemande !

Le + : rapporter en souvenirs du pâté de sardines épicé ou des biscuits à l’orange en forme de sardines, pour se sentir en vacances même au retour 🙂

Frozen yoghurt plutôt que pastéis

Pas fan des incontournables pastéis de Bélèm, ces petits flans à la pâte croustillante ? Profitez d’une promenade dans le quartier bohème de Principe Real pour pousser la porte de Frozz, une boutique de frozen yoghurt colorée et toute charmante, située à l’angle de la rue Dom Pedro V.

Vous avez le choix entre 5 tailles de gobelets et des garnitures toutes plus alléchantes les unes que les autres : fruits frais, muesli, copeaux de chocolat… Associées à un yoghurt frais et pas trop sucré, voici le goûter idéal pour supporter la chaleur lisboète.

Le + : déguster le frozen yoghurt dans le petit parc juste en face de Frozz, ou pourquoi pas, au Jardin botanique situé non loin de là.

Café Pit

A deux pas du Pois Café, l’une des meilleures adresses de cafés lisboètes, se trouve un café qui figure à nos yeux en très bonne place de ce classement. Le Café Pit est l’endroit idéal pour découvrir des plats typiques, grâce à ces tapas pour deux à 19 euros. Jambon de pays, brandade de bacalhau (morue), ratatouille, fromage… On se régale ! Goûtez aussi à la soupe froide (bio) conseillée par le patron qui vous accueillera avec un français parfait. Une belle découverte.

Des tapas délicieuses au Café Pit. (Crédits : Claire Emery)

Des tapas délicieuses au Café Pit. (Crédits : Claire Emery)

> Prendre l’air

Estufa Fria

Si vous voulez sortir du circuit touristique, voici un endroit assez secret (difficile à trouver d’ailleurs) situé dans le parc Eduardo VII. La particularité de ces serres est qu’elles sont froides : toutes les plantes poussent à température ambiante. Idéal par temps de canicule pour se rafraîchir et découvrir des centaines de spécimens de plantes.

Le + : quand vous aurez baroudé pendant des jours dans Lisbonne et que vos mollets seront sur le point d’entamer une grève, vous serez bien content de profiter des nombreux bancs d’Estufa Fria !

Château maure à Sintra

Attention : le Castelo dos Mouros de Sintra se mérite ! Si vous pensiez en avoir terminé avec la grimpette à Lisbonne, préparez-vous mentalement à vivre un mini-Pékin Express. Oui, car le château maure est semblable à une petite muraille de Chine. Pour y accéder, vous pouvez choisir de vous équiper avec de bonnes chaussures de randonnée et grimper 50 minutes à pieds à partir du centre-ville de Sintra, ou prendre l’un des bus qui vous y mène pour 5 euros A/R (pour votre bien, optez pour la deuxième solution). Le château offre une vue imprenable sur Sintra et sa nature luxuriante, ainsi que sur les plus beaux palais de la ville.

Castelo dos Mouros à Sintra. (Crédits : CF)

Castelo dos Mouros à Sintra. (Crédits : CF)

> Se cultiver

Covento dos Cardaes

Il était une fois un couvent, au cœur de Principe Real et à l’abri de la masse touristique… J’ai nommé le Covento dos Cardaes ! Ce couvent est exceptionnel par son accueil et les azulejos (les carreaux peints) qu’il abrite. On a eu droit à une visite guidée par une soeur dominicaine s’exprimant dans un français impeccable, et avec la sensation d’être véritablement privilégiés ! Le couvent, qui recueille aujourd’hui des femmes handicapées, est témoin du savoir-faire portugais : azulejos, marqueterie de marbre et chinoiseries, vous en apprendrez aussi beaucoup sur l’importance de la religion au Portugal. Incontournable pour les férus d’Histoire, et toutes les personnes qui s’intéressent à la culture portugaise.

Covento dos Cardaes. (Crédits : CF)

Covento dos Cardaes. (Crédits : CF)

Musée du Design et de la Mode (MUDE)

Ne vous arrêtez pas aux mots « design » et « mode » car ce musée propose plus que cela. Tout à côté de la célèbre Praça do Comércio, ce musée-galerie gratuit possède la particularité d’être construit dans une ancienne banque et d’avoir gardé l’esprit de cet ancien édifice, ainsi que les murs nus, bétonnés, pour mettre en valeur ses collections.

Le + : à l’étage, on peut découvrir jusqu’au 1er novembre « TAP Portugal : l’image d’un peuple », une collection qui présente l’évolution de la compagnie aérienne nationale et son ancrage dans l’histoire du pays, de l’identité visuelle aux publicités, en passant par les uniformes et même… les sièges d’avion !

Le ++ : qui n’a jamais rêvé de visiter une salle des coffres ? (j’ai dit « visiter » !) Conservée pour la présentation d’œuvres exceptionnelles, celle du MUDE a notamment mis en valeur cet été, pour notre plus grand bonheur, des créations du couturier Christian Lacroix. La mise en scène et les jeux de lumière font de cette salle l’atout incontestable du musée.

Le – : pas de photos possibles dans la salle des coffres, même sans flash !

Pour découvrir les prochaines expositions, visitez le site du MUDE : www.mude.pt

Visite guidée gratuite de Lisbonne

Dans la catégorie « bons plans », l’auberge de jeunesse Lisbon Destination Hostel propose des visites guidées gratuites du quartier populaire de l’Alfama ou encore du Bairro Alto et du Chiado. Ces visites de 2h30 réunissent quotidiennement de jeunes touristes venus des quatre coins du monde, dans une ambiance décontractée. Elles sont basées uniquement sur les pourboires, vous êtes donc libres de donner la somme que vous souhaitez (en sachant qu’une visite payante équivalente coûtera entre 15 et 20 euros).

Le + : les visites sont menées par de jeunes locaux, qui partagent leur amour de Lisbonne et vous donneront volontiers des conseils que vous ne trouverez pas dans vos guides.

> Se prélasser

Caiscais

L’avantage de Lisbonne, par rapport à d’autres capitales, est de pouvoir rejoindre le bord de l’océan très facilement en train, et à moindre coût. De nombreux « spots » existent, mais si vous devez en choisir un pour le farniente, choisissez Cascais, pour sa tranquillité (de la fin de matinée jusqu’au début d’après-midi) et la ville en elle-même, pleine de charme. Après la plage, longez la baie pour vous rendre jusqu’à la Fortaleza da Cidadela et y découvrir le travail des archéologues (entrée libre), et terminez par une glace chez Santini, ça ne vous fera pas de mal ! Non mais !

Les jardins du Palacio Marquês de Pombal à Oeiras

A quelques minutes à pieds de la gare d’Oeiras (munissez-vous d’un plan, ce n’est pas très bien indiqué), se trouvent le Palais Marquês de Pombal et ses jardins en accès libre. Les jardins, très bien entretenus, sont tourist-free et offrent la possibilité de flâner tranquillement, entre une après-midi plage à Caiscais (très facile à rejoindre en train) et une soirée à Lisbonne.

Jardins du Palacio Marquês de Pombal. (Crédits : CF)

Jardins du Palacio Marquês de Pombal. (Crédits : CF)

Vous voulez découvrir nos autres articles Voyages ? Cliquez sur les icônes dans la carte ci-dessous, vous trouverez les liens des articles correspondants !

Claire Faugeroux

Claire Faugeroux

"Y" dans l'âme, fermement décidée à prouver que sa génération a construit sa propre culture, nez collé aux écrans... ou pas !
Claire Faugeroux

Written by Claire Faugeroux

« Y » dans l’âme, fermement décidée à prouver que sa génération a construit sa propre culture, nez collé aux écrans… ou pas !