Les yeux et les oreilles grands ouverts, on vous donne la liste des films à voir au ciné chaque semaine… avant même que nous les ayons vus ! Cette sélection purement subjective se base rigoureusement sur nos perceptions des affiches, bandes annonces, critiques lues dans la presse, sur internet et toutes autres informations sur lesquelles nous sommes tombés, de façon plus ou moins inopinée.

À voir parmi les sorties cinéma du mercredi 20 janvier 2016 :

The danish girl

Biopic dramatique américano-germano-britannique réalisé par Tom Hooper, avec Eddie Redmayne, Alicia Vikander et Ben Whishaw (2h00).

Le synopsis : « The Danish Girl retrace la remarquable histoire d’amour de Gerda Wegener et Lili Elbe, née Einar Wegener, l’artiste danoise connue comme la première personne à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930. Le mariage et le travail de Lili et Gerda évoluent alors qu’ils s’embarquent sur les territoires encore inconnus du transgenre. »

Particularités ? Ce film est une histoire vraie, mais le réalisateur s’est aussi inspiré d’un livre romancé sur le même sujet, écrit par David Ebershoff. Le rôle principal devait à l’origine être joué par une femme : Nicole Kidman. Le tournage a eu lieu dans de nombreux pays européens : Angleterre, Danemark, Belgique, Norvège et Allemagne !

Legend

Biopic policier réalisé par Brian Helgeland, avec Tom Hardy, Emily Browning et Paul Anderson (2h11).

Le synopsis : « Londres, les années 60. Les jumeaux Reggie et Ronnie Kray, célèbres gangsters du Royaume-Uni, règnent en maîtres sur la capitale anglaise. À la tête d’une mafia impitoyable, leur influence paraît sans limites. Pourtant, lorsque la femme de Reggie incite son mari à s’éloigner du business, la chute des frères Kray semble inévitable… »

Particularités ? Les frères Kray ont réellement existé, ils sont parmi les gangster les plus célèbres d’outre-Manche. Les 2 frères sont interprétés par un seul et même acteur : Tom Hardy. Au moins, la ressemblance est frappante ! Techniquement cela a été possible grâce à la technique du « split screen » et à l’incrustation du visage de l’acteur sur sa doublure. Tout a été tourné à Londres, en 35 jours. Le titre du film est inspiré d’une photo, comme l’explique le réalisateur : « celle du corbillard de Reggie Kray, sur lequel étaient disposés des œillets pour former le mot Legend ». La chanteuse Duffy a un rôle dans le film et a composé la chanson du générique.

Les chevaliers blancs

Drame franco-belge réalisé par Joachim Lafosse, avec Vincent Lindon, Louise Bourgoin et Valérie Donzelli (1h52).

Le synopsis : « Jacques Arnault, président de l’ONG « Move for kids », a convaincu des familles françaises en mal d’adoption de financer une opération d’exfiltration d’orphelins d’un pays d’Afrique dévasté par la guerre. Entouré d’une équipe de bénévoles dévoués à sa cause, il a un mois pour trouver 300 enfants en bas âge et les ramener en France. Mais pour réussir, il doit persuader ses interlocuteurs africains et les chefs de village qu’il va installer un orphelinat et assurer un avenir sur place à ces jeunes victimes de guerre, dissimulant le but ultime de son expédition… »

Particularités ? Ce film est inspiré de l’affaire de l’Arche de Zoé, qui s’est déroulée en 2007, entre l’ONG du même nom, la France et le Tchad. Il reste cependant une œuvre de fiction, se détachant des personnages réels et ne donnant pas d’avis sur l’affaire ; il relate les faits et laisse le spectateur choisir son avis personnel. Le tournage a eu lieu au Maroc, mais ce sont bel et bien des tchadiens qui apparaissent à l’écran, des tchadiens marocains ! La bande originale du film est l’électro du groupe Apparat.

Ne tombez pas dans le piège, n’allez pas voir :

Le convoi : Waoh, dis-donc, c’est vachement impressionnant ! Y’a des voitures qui vont vite, des acteurs qui ont des grosses voix qui font peur, des tonnes de drogue, tout va très vite, mais je crois qu’ils ont oublié la profondeur cinématographique sur une aire d’autoroute. À ce prix-là, vous trouverez davantage votre bonheur en voyant (ou revoyant) Le Convoi (le vrai !), réalisé en 1978 par Sam Peckinpah.

Et si vous l’avez loupé la semaine dernière :

Gaz de France

Comédie française réalisée par Benoît Forgeard, avec Olivier Rabourdin, Philippe Katerine et Alka Balbir (1h26).

Le synopsis : « Dans la France des années 2020, Michel Battement, l’éminence grise du chef de l’état, doit d’urgence remonter la cote de popularité du président Bird afin d’empêcher la chute imminente du régime. Au fin fond des sous-sols surchargés de l’Élysée, il organise une consultation secrète, en compagnie des meilleurs cerveaux du pays. »

Particularités ? La quasi-totalité du film se passe en sous-sol, d’où son titre, qui évoque aussi la première ressource énergétique du pays. C’est une critique de la politique, de sa communication, et de tout le storytelling qui y est fait. De nombreux fonds verts et décors en 3D ont été utilisés, plongeant ainsi le film assez loin de la réalité, sans en être pour autant déconnecté.

Bonne(s) séance(s) et à la semaine prochaine !

cinema-larevuey-81
Paola Vavasseur
Me trouver :

Paola Vavasseur

Rédac Chef, amoureuse (de culture, communication et voyages) et passionnée (par les choses innovantes, intelligentes & rigolotes) !
Paola Vavasseur
Me trouver :

Written by Paola Vavasseur

Rédac Chef, amoureuse (de culture, communication et voyages) et passionnée (par les choses innovantes, intelligentes & rigolotes) !