« Ville du néant », Orléans ? « Sûrement pas ! » vous rétorqueront les jeunes membres de l’association Sois Orléans !, qui ont décidé de changer l’image de leur ville et d’y organiser des évènements réguliers pour la valoriser. Rencontre avec son président, Julien Hamy, ainsi que la secrétaire de l’association, Claire.

Arrivé de Rouen en 2012, Julien, 22 ans, a aussitôt eu le coup de foudre pour la ville d’Orléans, dont il a perçu rapidement le potentiel : « C’est une ville qui bouge, en pleine mutation depuis plusieurs années, une véritable ‘ville-jardin’, muticulturelle, qui ne manque pas de projets : transformation du centre-ville et des quartiers, Interives… ».

En s’intéressant aux associations (majoritairement étudiantes) qui existaient, et qui proposaient pour la majorité des soirées boîte de nuit, il a senti qu’un créneau était à prendre. Pour tous les jeunes, étudiants ou non, qui souhaitaient participer à d’autres types d’animations. Il s’associe alors à Evan et Amélie pour créer Sois Orléans !.

L’association commence d’abord par rejoindre des évènements existants, comme le « Happy Campus Day » ou encore « J.A.N.E. » (Journée d’Accueil des Nouveaux Etudiants). Les premiers membres rejoignent le mouvement, et en quatre mois, Sois Orléans ! dispose d’un site internet, où il est notamment possible de remplir en ligne le formulaire d’adhésion.

J15-2Une équipe complémentaire et des membres de tous horizons

Comme toute jeune association, les bénévoles ont du faire face à plusieurs difficultés : « celle de commencer sur une page blanche », explique Julien, qui compare la création et la gestion de Sois Orléans ! à celle d’une entreprise. Avec la même exigence, le même professionnalisme. Mobiliser des bénévoles n’est pas non plus toujours aisé : déjà pris par leurs études et leurs jobs étudiants, beaucoup peinent à trouver le temps de s’investir dans une association.

Le président de l’association ne s’est pas non plus laisser déstabiliser quant aux moyens financiers : « le manque de budget n’est pas forcément pénalisant », explique-t-il, « la Mairie d’Orléans nous apporte son aide sur le plan logistique, et le fait d’avoir cette contrainte nous pousse à développer des idées par nous-mêmes. On n’a pas besoin d’argent, mais d’idées ! ». D’autant qu’il tient à conserver la gratuité d’adhésion pour les moins de 26 ans.

Malgré les obstacles, il est parvenu à réunir une équipe composée de personnalités complémentaires et engagées : Prince, le vice-président ; Evan, le trésorier ; Claire, la secrétaire ; Florian, le responsable des membres ; et Valentin, le webmaster. Les membres sont de plus en plus nombreux à rejoindre l’association, qui mise surtout sur ses évènements, les réseaux sociaux et le bouche-à-oreille pour se faire connaître. Ils sont aujourd’hui près de 300, originaires majoritairement d’Orléans et de son agglomération, mais aussi de villes de la région comme Chartres. Avec une moyenne d’âge de 22 ans et presque autant de jeunes femmes et hommes, Sois Orléans ! regroupe 37 % d’étudiants, 32 % de jeunes actifs, 10 % de lycéens et même 1 % de collégiens !

Sois Orléans ! se caractérise par une volonté de laisser s’exprimer librement bénévoles et membres à toutes les étapes de l’organisation des évènements : suivi administratif et logistique, réunions, communication… pas d’adhésion « passive », tous et toutes sont placés au cœur du projet !

A travers la découverte de la ville, la création de liens et de soutiens

« Nos plus belles réussites, ce sont tous les évènements où les jeunes se rencontrent, se font des amis, où on ressent une cohésion », déclare Julien. Claire, membre depuis un an et secrétaire de l’association depuis une semaine, confirme, ayant pour sa part rejoint l’association pour « rencontrer des personnes qu’elle n’aurait pas eu l’occasion de connaître autrement, et découvrir d’autres lieux et d’autres activités à faire à Orléans, que celles proposées sur le campus ».

1144

Au-delà des évènements et du buzz (comme, récemment, les « free hugs » proposés par la mascotte-lapin de l’association, en plein marché de Noël), Sois Orléans ! existe aussi pour soutenir les jeunes, leurs associations, et relayer les évènements jeunesse de la ville.

Des projets futurs ambitieux

Sois Orléans ! ne manque pas d’idées pour continuer à faire bouger sa ville. Avec des rendez-vous réguliers, comme « Faites des jeux » (tous les mois), qui réunit des jeunes autour de jeux de société, dans une ambiance décontractée (blind test musicaux, battles de danse…), ou encore le « Young Run » qui se déroulera en mars dans le centre ancien. Cette course aura lieu à chaque fois dans un nouvel endroit d’Orléans, avec le concours d’une coach professionnelle, des démonstrations sportives et un petit déjeuner offert à la centaine de participants attendus.

L’association souhaite désormais créer des évènements diversifiés à son image, comme des activités estivales, des cours de bricolage, de cuisine, des actions citoyennes et bien sûr, des animations sur le campus d’Orléans-La Source. Elle souhaite d’ailleurs pouvoir se doter d’un local à l’université, afin de capter l’attention du public étudiant et pouvoir le rendre acteur des animations proposées.

La secrétaire de l’association, Claire, songe même à un projet qui pourrait bien créer à nouveau l’évènement : un « Tour de France » de l’association, afin de faire connaître Orléans dans les autres régions. Sois Orléans ! recherche donc des villes d’accueil pour mener à bien cette mission !

11696308_392405390946293_6333996364456142752_o

Asso recherche bénévoles motivés !

Pour en savoir plus sur Sois Orléans ! et participer aux prochains évènements, rendez-vous sur leur site www.soisorleans.fr, ou encore Facebook et Twitter. Et si vous souhaitez rejoindre l’association en tant que bénévole, sachez que celle-ci est notamment à la recherche d’un(e) chargé(e) de communication !

Claire Faugeroux

Claire Faugeroux

"Y" dans l'âme, fermement décidée à prouver que sa génération a construit sa propre culture, nez collé aux écrans... ou pas !
Claire Faugeroux

Written by Claire Faugeroux

"Y" dans l'âme, fermement décidée à prouver que sa génération a construit sa propre culture, nez collé aux écrans... ou pas !