À mille lieues d’Hanoï, ou plus exactement à 1145,9 km au sud à vol d’oiseau, Ho-Chi-Minh-Ville, la capitale économique et culturelle du Vietnam fait office d’OVNI dans le pays. Et pour cause, elle est urbanisée selon des codes quasi-occidentaux (j’ai bien dit quasi !), avec des grattes-ciels beaucoup plus présents, de grandes entreprises et magasins beaucoup plus visibles, le tout sur une étendue territoriale étonnante : plus de 2096 km carrés, soit près de 20 fois Paris !

Face à ces similitudes occidentales, le dépaysement est cependant bel et bien à l’ordre du jour à Ho-Chi-Minh-Ville, et nous avons eu un gros coup de cœur pour cette ville, qui semble bien s’assumer complètement.

Avant toute chose, et parce qu’il faut bien aborder le sujet à un moment : doit-on appeler la ville « Saïgon » ou « Ho-Chi-Minh-Ville » ? La réponse est simple : elle s’appelait Saïgon jusqu’en 1975, moment de sa prise par le parti communiste et donc… de la fin du conflit avec les USA. Elle a alors été rebaptisée en l’honneur du leader historique et il convient donc désormais de l’appeler par son nom officiel, Ho-Chi-Minh-Ville ! Cependant, vous remarquerez bien que de nombreux locaux utilisent encore Saïgon, nom que, personnellement, je préfère : plus court et plus authentique !

saigon-larevuey-0

L’arrivée à Saïgon

Nous sommes arrivés dans cette ville en avion, depuis l’île de Phu Quoc. Quelle que soit votre ville de départ, vous arriverez à l’Aéroport International Tân Sơn Nhất, qui est situé à 6 kilomètres du centre-ville. Autant vous dire que le rejoindre est donc très facile ! Pour notre part, nous avons opté pour le bus 109 (20 000 VND / personne soit 0,80€) qui nous a déposé au Marché de Ben Thanh, lieu emblématique et très central.

Nous sommes donc peu à peu entrés dans la ville, découvrant que le trafic y est beaucoup plus intense et agressif qu’à Hanoï. Ici 98% des familles ont au moins un scooter, et ça se voit !

Ho-Chi-Minh-Ville étant la dernière étape de notre voyage, nous y avons choisi un hôtel avec tout le confort nécessaire et, ça a été le point décisif, un rooftop avec piscine : le Alagon D’antique Hôtel & Spa. Nous avons été absolument ravis par la chambre, le lobby, la vue, le petit-déjeuner (également l’un des critères décisifs pour nous) ainsi que le personnel, très aimable, discret et serviable. Cet hôtel a également l’avantage d’être très bien situé. Et puis, ne nous le cachons pas, avec un budget équivalent nous n’aurions jamais eu ce standing dans des pays occidentaux !

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Pour nous déplacer dans la ville nous avons uniquement marché. Si vous le souhaitez, n’hésitez pas à prendre un (vrai) taxi ou un moto-taxi. Il faut savoir qu’Uber est également présent dans la ville (en voiture ou scooter !) et ne coûte pas grand chose (comptez l’équivalent de 3€ pour une course de ou vers l’aéroport) ! Nous avons testé et le service est très fiable !

La découverte du quartier routard

Nous sommes arrivés à Ho-Chi-Minh-Ville en soirée, et en avons profité pour découvrir le « quartier routard« , situé dans le District n°1. Il tient son nom du fait qu’il sert souvent de camp de base aux voyageurs, qu’ils soient en roadtrip ou pas. Outre le fait que l’on y trouve de nombreux hôtels et auberges de jeunesses, on y recense également pléthore d’agences de voyages, de restaurants et de bars. Autant dire qu’à la nuit tombée, il devient littéralement le centre névralgique de la ville, avec cependant des prix adaptés aux touristes et donc plus chers que… partout ailleurs dans le pays ! Mais au vu des tarifs généraux, on peut bien s’y offrir quelques verres, non ? Pour notre part nous y avons mangé des nems et un Bo Bun au Royal Saïgon (228 Bui Vien Street), très bon petit restaurant aux prix très raisonnables. Nous vous le conseillons !

Nous avons également visité plusieurs agences de voyage afin de trouver deux excursions pour découvrir le delta du Mékong et les tunnels de Cu Chi. Nous n’avions en effet que très peu de temps dans le sud du pays, et visiter ces lieux sans l’aide d’un guide nous semblait très chronophage et donc malheureusement impossible dans notre cas. Si vous avez le temps, nous vous recommandons à 100% de tout faire par vous-même, en bus par exemple. Rappelons en effet que nous, Français, n’avons pas le droit de conduire au Vietnam. C’est toutefois toléré pour les « motorbikes » (scooters, en réalité), mais pas pour les voitures.
Bref, nous avons fini par trouver une agence sérieuse pour ces visites (Sapphire Travel, 146 Bui Vien Street), avec des prix qui nous ont semblé raisonnables. Nous reviendrons sur ces excursions plus loin. Nous avons également profité de la rue pour trouver une laverie ayant pignon sur rue et avec des tarifs corrects (équivalent de 2$ pour une machine + une heure de séchage, le tout sans délai).

La rue Bui Vien et son quartier sont également jonchés de salons de massages. Nous avons eu envie de tenter l’expérience, mais sans prendre le risque de tomber dans un endroit sale et avec de mauvaises prestations. Nous nous sommes donc un peu écartés de la zone et avons fait deux massages (corps entier puis pieds le lendemain) au salon Jolene Spa (193, Ly Tự Trọng). Nous vous le conseillons vivement pour ses tarifs, sa propreté et son sérieux !

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Le Saïgon historique

Notre première journée complète à Saïgon a été consacrée à la découverte des lieux touristiques de la ville, à commencer par le marché de Ben Thanh. Il s’agit d’un grand marché couvert où l’on trouve quasiment de tout : viandes, fruits et légumes, souvenirs, bijoux, café, épices, bonbons, tailleurs, tissus, gargotes authentiques pour manger, etc. À notre grande surprise, ce n’est pas que touristique et les locaux y font vraiment leur courses ! Pour notre part nous y avons mangé (quelques jours plus tard) à Pho Top, reconnaissable facilement à sa photo d’Obama (qui n’y a pas mangé). C’était délicieux et pas cher !
Le marché est également ouvert tous les soirs, avec des marchands qui s’y greffent en plein air : une bonne idée de sortie ! Si vous souhaitez y faire vos achats de souvenirs, on vous conseille de négocier (dans la limite du raisonnable) ou de faire affaire dans l’une des échoppes avec le panneau « fixed price« . Pour avoir fait pas mal le tour de ce marché, on peut vous affirmer que c’étaient, et de loin, les prix les plus raisonnables.

Non loin de là est érigé un temple hindouiste magnifique, à la façade pleine de couleurs : le temple de Mariamman. Bien que son intérieur soit décevant pour nous (non adeptes), sa façade atypique vaut largement le détour.

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Nous avons ensuite poursuivi notre chemin vers l’Hôtel de Ville et l’avenue Nguyen Hue, sorte de Champs-Élysées locaux qui descendent jusqu’à la rivière Saïgon. L’avenue est bordée de bâtiments de grands hôtels (dont le mythique Rex), mais la descendre jusqu’à la rive terne du fleuve n’a pas grand intérêt. On vous conseille plutôt d’admirer l’Hôtel-de-Ville, le Rex, puis de continuer votre chemin vers la Mosquée indienne (Masjid Musulman) et l’Opéra.

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Non loin de là se situe la Cathédrale Notre-Dame-de-Saïgon (bien plus belle que celle d’Hanoï, soit dit en passant) avec ses pierres rouges, ainsi que la Poste Centrale, sorte d’emblème de la ville. Ces deux bâtiments sont très beaux, et on vous conseille de profiter de la Poste pour acheter (en toute logique) des timbres et cartes postales. D’ailleurs, si vous en avez à poster, profitez-en. Nous n’avons pas sauté sur l’occasion et avons réellement galéré pour ensuite trouver une boite aux lettres ailleurs dans la ville (on a fini par les poster à l’aéroport, c’est dire…). À gauche de la Poste nous avons ensuite profité d’une rue piétonne ombragée pour nous ressourcer. La rue Nguyen Van Binh, surnommée Book Street est en effet bordée d’arbres et de petits libraires : un lieu hyper sympa, d’un calme absolu qui détonne avec la fureur de Saïgon !

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Une fois réhydratés nous traversons un parc jusqu’au Palais de la Réunification. Attention aux horaires : il est fermé entre midi et deux ! Par manque de temps nous ne l’avons pas visité, et sommes plutôt allés manger (oui, on est gourmands !) non loin de là, au Nha hang Ngon (160 Pasteur street). On y mange en plein air dans une sorte de maison coloniale jaune, avec de petits stands de cuisiniers tout autour. On vous conseille chaleureusement d’en faire le tour pour choisir, car la longue carte ne facilite pas les choix ! Et surtout n’hésitez pas à y boire une coco et à goûter un dessert local à base de lait de coco, graines de tapioca et banane cuite dans du sticky rice : un vrai régal !

Direction ensuite le War Remnants Museum, l’un des must see de la ville. Il relate la guerre contre les USA, avec des photos, objets, chars et hélicoptères. Certaines photos sont trash, et nous permettent de nous rendre compte de l’atrocité de la guerre et des séquelles laissées sur le pays et ses habitants… encore aujourd’hui !

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Après une pause piscine à l’hôtel, nous sommes retournés dans le quartier pour y passer la soirée. Rendez-vous d’abord au Barbecue Garden (135 Nam Kỳ Khởi Nghĩa): le paradis pour les amateurs de grillades en tous genres. Il s’agit en effet d’un restaurant en plein air avec des dizaines de tables et de petites loupiotes pendues aux arbres. Chaque table est équipée, en son centre, d’un mini-barbecue, et vous n’avez donc plus qu’à choisir ce qui vous plait, parmi viandes, poissons, crustacés et autres légumes. Un vrai régal gargantuesque, où l’on s’en sort pour l’équivalent de moins de 20$ à deux, boissons comprises.

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Le Saïgon branché

On vous l’a dit, Saïgon est aussi une ville bien ancrée dans son temps, et qui s’est notamment développée grâce au commerce. Aujourd’hui on y trouve des centres commerciaux, des cinémas, des fast-foods (il y a moins de 10 Mc Donald’s au Vietnam, et ils sont tous à Saïgon !) et d’autres chaînes de magasins. Ce qui, d’après notre expérience, est beaucoup moins répandu à Hanoï, et, a fortiori, dans le reste du pays ! Vivant à Paris, on aime tout particulièrement l’effervescence des grandes villes et leurs lieux atypiques pour boire, manger… et faire du shopping.

Pour un dessert ou un goûter (très) gourmand, nous vous conseillons la Maison Marou (167 Calmette Street), fondée par deux français créateurs de Marou, marque de chocolat vietnamien. Là encore les prix s’envolent un peu, mais la gourmandise vous donnera raison d’avoir testé ! Leurs pâtisseries et chocolats chauds sont absolument fabuleux. Qui plus est, le design de la boutique est comme le packaging de ses produits : un délice… pour les yeux ! Vous l’aurez compris, on est in love de Maison Marou et de son Sô-Cô-LA !

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Nous avons également testé la Pasteur Brewing Company (144 Pasteur Street), un bar à bières crafts à l’ambiance totalement occidentale, voire un peu trop. Tout petit espace, musique à fond et… prix abusifs, il faut le dire. Les bières y sont cependant très bonnes, et se dire qu’on est au Vietnam dans un tel endroit est assez hallucinant. Bref, à tester pour l' »avoir fait » et connaître les crafts vietnamiennes, pas pour y passer toute une soirée !

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Niveau shopping il y a également de quoi se faire plaisir, et pas seulement avec des bibelots touristiques ! Nous avons tout particulièrement apprécié les boutiques de l’avenue Le Loi, près du marché de Ben Thanh. Gros coup de cœur notamment pour Ginkgo (92-96 Le Loi Street), concept-store avec de chouettes créateurs vietnamiens, dont les sacs aux (vrais) dessins d’enfants de la marque XX. Ginkgo édite également sa « Saïgon Free Map« , bien faite et composée de bonnes adresses et choses insolites à savoir sur le Vietnam. À télécharger d’urgence !

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Le Delta Du Mékong 

Par manque de temps, nous avons donc visité une partie du Delta du Mékong avec un tour organisé d’une journée. Nous avons opté pour un « Luxury Tour« , c’est à dire en mini-bus de 9 personnes seulement. Cela nous a évité des pick-up trop longs (aller chercher tous les participants dans chacun de leur hôtel, c’est classique au Vietnam), des compagnons de voyages trop pénibles et des visites à la va-vite.

Le mini-bus est donc venu nous chercher vers 8h à notre hôtel, puis nous avons pris la direction du temple Vĩnh Tràng. Nous avons eu la chance (mais je crois que c’est aussi le but) d’arriver avant les gros groupes de touristes : il y avait donc encore peu de monde. Ce temple est très joli et coloré, étonnant aussi avec son Bouddha à l’auréole faite de néons et son big Bouddha vraiment énorme.

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Après une courte visite guidée nous reprenons la route vers My Tho, où nous embarquons à bord d’un bateau pour traverser le Mékong. Le fleuve est immense et marron, des branches flottent ça et là : on ne s’attendait pas à ça ! Le bateau nous sert d’intermédiaire entre les 3 îles que nous visitons. Sur chacune d’elle un petit parcours nous est organisé, entre marche, découverte de produits locaux comme des fruits, du thé, de la gelée royale ou encore visite d’un atelier de fabrication de « coco candy« , des caramels à base de noix de coco (un régal !). Nous faisons également un tour en petite barque dans une jungle (magnifique !), ainsi qu’un peu de calèche pour aller manger dans une sorte de ferme avec notamment des crocodiles : intéressant pour ceux qui en ont rarement vus !

mekong-my-tho-larevuey-1

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

my-tho-bateau-larevuey-2

my-tho-bateau-larevuey-1

fruits-vietnam-larevuey-1

Ho-Chi-Minh-Ville LA REVUE Y

Parmi notre petit groupe, nous faisons la connaissance d’un Malaysien venu visiter Saïgon pour un week-end, mais aussi de deux back-packeuses québéquoises passant 6 mois en Asie. Nous faisons tous le même constat, et nous accordons sur le fait que cette excursion est très touristique, mais qu’il serait quasiment impossible de visiter ces îles sans guide (ne serais-ce que pour prendre un bateau pour y aller). Qui plus est, malgré nos divers profils, nous n’avions chacun pas une semaine entière à consacrer au Delta du Mékong, même s’il le mériterait amplement, notamment pour se rendre à Ben TreCan Tho et/ou Vinh Long.

Je profite de la fin de cette excursion pour m’acheter rapidement un chapeau conique avant de repartir de My Tho. Pour information, le juste prix pour un basique sans broderie et de taille normale est d’1$. À vous de vous débrouiller avec cette information !

Les Tunnels de Cu Chi (Ben Duoc)

Le lendemain nous remettons notre réveil (étrange pour un dernier jour de vacances), cette fois-ci pour aller visiter les tunnels de Cu Chi. Avec un nouveau groupe de 7 autres personnes (et étrangement le même guide que la veille, qui se fait appeler Lucky Money !), nous prenons donc la route : 45 kilomètres que l’on fait en environ 1h15 (c’est dire l’état des routes !).

Sur le chemin, nous nous arrêtons faire une pause pipi (officiellement), qui est en fait un détour totalement incongru pour nous faire visiter une fabrique de tableaux en nacre où travaillent des handicapés. La visite, bien qu’intéressante et nous montrant des techniques très minutieuses (notamment avec des coquilles d’œuf), se termine évidemment par quelques minutes dans la boutique. Que seraient les touristes sans leur porte-monnaie ?

Nous reprenons ensuite la route pour arriver sur le site des tunnels de Ben Duoc. Pour ceux qui ne le savent pas, les tunnels de la région de Cu Chi ont été creusés par les Vietnamiens pendant la guerre pour se protéger des Américains et de leurs attaques. Aujourd’hui les tunnels sont l’un des lieux les plus visités du Vietnam. De nombreuses infrastructures y ont été construites, mais les tunnels et leurs accès sont toujours situés dans une forêt. Le lieu est quelque peu dénaturé, certes, mais on a déjà vu bien pire !

Voir les tunnels, leur taille et imaginer la vie des Vietnamiens à cette époque est vraiment impressionnant et une belle leçon d’histoire. Nous avons notamment adoré tester la traversée de 80 mètres dans ces tunnels on ne peut plus étroits : un véritable parcours du combattant, vraiment ! 80 mètres ça semble court, mais nous avons été les seuls de notre groupe à les tenter (et les guides semblaient dire que peu de monde le faisait…), avec des passages très sombres, la plupart du temps accroupi voire même avec des moments en rampant. Le tout dans une chaleur infernale et, selon notre estimation très personnelle, un taux d’humidité de 130%… À côté, les catacombes parisiennes passent pour Disneyland !

Il y a en revanche une chose que nous n’avons pas du tout apprécié à Cu Chi : le stand de tir, avec notamment des armes lourdes comme des AK47. En effet, en plus d’être cher (1$ la balle !) et malsain, le bruit produit est très fort et dérangeant, dans un lieu où tout un peuple à souffert de la guerre…

cu-chi-tunnels-larevuey-1

cu-chi-tunnels-larevuey-2

cu-chi-tunnels-larevuey-3

En somme, Saïgon est une ville à visiter absolument si vous vous rendez au Vietnam. Qui plus est, les vols depuis Paris sont directs et pas cher, alors pourquoi ne pas en profiter ?

On vous quitte avec notre Google My Maps du Vietnam, sur laquelle vous pouvez retrouver nos bonnes adresses (citées dans cet article et d’autres) sur Saïgon, mais aussi Hanoi, Ninh Binh, Cat Ba et Phu Quoc.

Vous voulez découvrir nos autres articles Voyages ? Cliquez sur les icônes dans la carte ci-dessous, vous trouverez les liens des articles correspondants !

Paola Vavasseur
Me trouver :

Paola Vavasseur

Rédac Chef, amoureuse (de culture, communication et voyages) et passionnée (par les choses innovantes, intelligentes & rigolotes) !
Paola Vavasseur
Me trouver :

Written by Paola Vavasseur

Rédac Chef, amoureuse (de culture, communication et voyages) et passionnée (par les choses innovantes, intelligentes & rigolotes) !