Les yeux et les oreilles grands ouverts, on vous donne la liste des films à voir au ciné chaque semaine… avant même de les avoir vu ! Cette sélection purement subjective se base rigoureusement sur nos perceptions des affiches, bandes annonces, critiques lues dans la presse, sur internet et toutes autres informations sur lesquelles nous sommes tombés, de façon plus ou moins inopinée.

À voir parmi les sorties ciné du mercredi 28 juin 2017 :

Visages Villages

Documentaire français réalisé par Agnès Varda et JR (1h29).

Le synopsis : « Agnès Varda et JR ont des points communs : passion et questionnement sur les images en général et plus précisément sur les lieux et les dispositifs pour les montrer, les partager, les exposer. Agnès a choisi le cinéma. JR a choisi de créer des galeries de photographies en plein air. Quand Agnès et JR se sont rencontrés en 2015, ils ont aussitôt eu envie de travailler ensemble, tourner un film en France, loin des villes, en voyage avec le camion photographique (et magique) de JR.  Hasard des rencontres ou projets préparés, ils sont allés vers les autres, les ont écoutés, photographiés et parfois affichés. Le film raconte aussi l’histoire de leur amitié qui a grandi au cours du tournage, entre surprises et taquineries, en se riant des différences. »

Particularités ? Agnès Varda est une réalisatrice connue pour faire partie du mouvement de la Nouvelle Vague. Elle a eu à cœur de faire sortir JR, artiste urbain, des villes. Ce documentaire a été présenté à Cannes, hors-compétition.

The Last Girl

Film d’épouvante et thriller américano-britannique réalisé par Colm McCarthy, avec Gemma Arterton, Glenn Close et Paddy Considine (1h52).

Le synopsis : « Au fin fond de la campagne anglaise, une base militaire héberge et retient prisonniers un groupe d’enfants peu ordinaires qui, malgré le fait d’avoir été infectés par un agent pathogène « zombie » qui a décimé la planète, demeurent capables de penser et de ressentir des émotions. Lorsque la base est attaquée, Melanie, qui semble être la plus surdouée d’entre eux, réussit à s’échapper en compagnie de son professeur, de deux soldats et d’une biologiste qui ne voit en elle qu’un cobaye indispensable à la découverte d’un vaccin. Dans une Angleterre dévastée, Melanie doit découvrir qui elle est vraiment et décider ainsi de son propre sort comme celui de l’humanité tout entière. »

Particularités ? Ce film est inspiré d’une nouvelle de Mike Carey, dont on retrouve donc l’histoire uniquement dans les 10 premières minutes du film. C’est tout de même lui qui a écrit l’ensemble du scénario. Il s’agit d’un film de zombie, mais il a voulu y mettre le plus d’éléments plausibles possible. Les images des lieux abandonnés ont été tournées près de Tchernobyl et dans les Midlands. L’hôpital utilisé est un vrai, il ne s’agit pas d’un décor.

Grand Froid

Comédie dramatique franco-belgo-polonaise réalisée par Gérard Pautonnier, avec Jean-Pierre Bacri, Arthur Dupont et Olivier Gourmet (1h26).

Le synopsis : « Dans une petite ville perdue au milieu de nulle part, le commerce de pompes funèbres d’Edmond Zweck bat de l’aile. L’entreprise ne compte plus que deux employés : Georges, le bras droit de Zweck, et Eddy, un jeune homme encore novice dans le métier. Un beau matin, pourtant, un mort pointe son nez. L’espoir renaît. Georges et Eddy sont chargés de mener le défunt jusqu’à sa dernière demeure. Mais, à la recherche du cimetière qui s’avère introuvable, le convoi funéraire s’égare et le voyage tourne au fiasco. »

Particularités ? Il s’agit du premier long métrage du réalisateur, qui a travaillé dans la publicité et pour la télévision. Ce film est l’adaptation du roman Edmond Ganglion & fils écrit par Joël Egloff, avec quelques changements comme… la saison. Le tournage a eu lieu dans une rue belge aux bâtiments hétéroclites ainsi qu’en Pologne pour les paysages.

Ne tombez pas dans le piège, n’allez pas voir :

Mon poussin : En voyant l’affiche dans une gare, je me suis dit qu’ils avaient oublié de la changer et que ce film était sorti il y a 6 mois. En fait non. #DeLaPluralitéDesComédiesFrançaises

Et si vous l’avez loupé la semaine dernière :

It comes at night

Film d’horreur américain réalisé par Trey Edwards Shults, avec Joel Edgerton, Ridley Keough et Christopher Abbott (1h37).

Le synopsis : « Alors que le monde est en proie à une menace terrifiante, un homme vit reclus dans sa propriété totalement isolée avec sa femme et son fils. Quand une famille aux abois cherche refuge dans sa propre maison, le fragile équilibre qu’il a mis en place est soudain bouleversé. »

Particularités ? Il s’agit du second film du réalisateur, après la comédie dramatique Krisha, sortie en 2016. C’est un savant mélange entre film d’horreur et thriller.

 Bonne(s) séance(s) et à la semaine prochaine ! Et pour relire notre sélection de la semaine dernière, c’est par ici !
Paola Vavasseur
Me trouver :

Paola Vavasseur

Rédac Chef, amoureuse (de culture, communication et voyages) et passionnée (par les choses innovantes, intelligentes & rigolotes) !
Paola Vavasseur
Me trouver :

Les derniers articles par Paola Vavasseur (tout voir)

Written by Paola Vavasseur

Rédac Chef, amoureuse (de culture, communication et voyages) et passionnée (par les choses innovantes, intelligentes & rigolotes) !