Un mois. Un mois, et même un peu plus. C’est bien le temps qu’il faut pour se remettre du Hellfest, de cette virée de quelques jours à Clisson. Car oui, on ne ressort pas indemne d’une telle expérience, intense, dont on repart la tête remplie de riffs, de bières et de moments exceptionnels. Vous l’aurez compris, cette année encore nous avons eu la chance d’aller au Hellfest, et on va vous raconter un peu ça.

L’arrivée à Clisson est toujours pleine d’adrénaline, pleine d’impatience et de joie. Oui oui, carrément. On arrive, on pose nos affaires chez nos adorables hôtes, et hop, on se met en route pour aller aux portes de l’enfer. L’ambiance est là, aussi bien dans les petites rues près du festival que sur le parking du (fameux) Leclerc. On afflue tous dans une direction, celle du fameux « rond point à la guitare », que tout festivalier connaît. Et cette ambiance, bon enfant et festive y reste pendant tout le week-end (voire même un peu plus) : on adore !

Arrive le moment tant attendu : l’entrée dans le festival. Car chaque année les participants attendent de voir leurs groupes fétiches, mais aussi les évolutions sur le site. Et il faut dire qu’une année de plus, nous avons été gâtés par l’équipe de Ben Barbaud. Les enseignements et recettes de l’édition 2017 ont en effet permis de nouveaux investissements, pour le bien être des festivaliers : des devant de scène bétonnés (pour ne plus souffrir de la poussière), un méga bar central entre les deux Mainstages, davantage de toilettes et de points d’eau ou encore une offre de restauration « Hellsnack » vegan. C’est peut être des détails pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup.

Venons en au cœur du festival : les concerts bordel ! Il faut l’avouer, la programmation de cette édition nous avait semblé, au premier abord, moins forte (moins mainstream diront les puristes) que celle des précédentes éditions. Cependant, une fois sur place, nous n’avons eu aucun mal à remplir nos « running orders » personnalisés, et à en prendre plein les oreilles pendant les 3 jours entiers du festival.

Entre bons gros groupes mythiques (Iron Maiden les gars !), effluves d’adolescence (Pleymo), envolées lyrique (Arch Enemy), gangstas ricains (Body Count), classique du punk rock californien (Bad Religion), groupe inclassable (Alice in Chains), ch-ch-ch-ch-ch-cherry bomb (Joan Jett), Superband (Hollywood vampires), électro métallisée (Carpenter Brut), papis metalleux (Megadeth) et délire total (Svinkels)… on a vraiment pris du kiff pour tenir jusqu’à l’année prochaine ! Et encore, on est (très) loin de tout citer… On vous laisse avec quelques images, pour vous immerger dans cette ambiance de folie. Merci le Hellfest, à bientôt le Hellfest !

Paola Vavasseur
Me trouver :

Paola Vavasseur

Rédac Chef, amoureuse (de culture, communication et voyages) et passionnée (par les choses innovantes, intelligentes & rigolotes) !
Paola Vavasseur
Me trouver :

Written by Paola Vavasseur

Rédac Chef, amoureuse (de culture, communication et voyages) et passionnée (par les choses innovantes, intelligentes & rigolotes) !