Cet article est extrait du n°8 de la revue Y, téléchargeable ici.

Étudiant en Erasmus pour quatre mois en Finlande, je découvre un magnifique pays, froid, calme et ouvert sur le monde. Ce voyage est aussi l’occasion de rencontrer d’autres jeunes venus de toute l’Europe. J’ai décidé de les interroger sur leurs goûts et leurs rêves : chacun a pioché trois questions dans mon « étrange » béret français. Ils ont joué le jeu avec sincérité, et je les remercie pour leur franchise, leur humour, et pour leurs réponses tendres et belles qui font ressortir leur personnalité et leur vision du monde…

Photographie : (c) Arianna Grasso.

Agné. Photographie : (c) Arianna Grasso.

Agné, 21 ans, Lituanie

Où aimerais-tu aller dans le monde ?

C’est une question difficile car j’aimerais me rendre dans plein d’endroits! Depuis longtemps je veux aller en Australie voir la grande barrière de corail, Sydney et plein d’autres lieux. Mais j’aimerais aussi visiter les États-Unis car c’est complètement différent de l’Europe, avec tous ces gratte-ciels immenses. Ces pays sont très lointains donc si j’avais à choisir un endroit plus proche, ce serait Madrid. Je n’y suis jamais allée mais j’ai entendu tellement d’histoires incroyables à propos de cette ville, et puis j’ai vu tant de films, d’images qui me font penser que c’est une ville vraiment magnifique.

Quelle est ta chanson favorite ?

J’écoute beaucoup de styles de musique différents donc ce n’est pas facile de choisir. Néanmoins la chanson que j’écoute sans doute le plus et qui me fait pleurer à chaque fois est Here I Am de Bryan Adams. Je l’ai entendue pour la première fois dans le dessin animé Spirit, L’Étalon des plaines qui est pour moi le meilleur film au monde !

Qu’est-ce qui te fait rire?

C’est encore une question difficile car beaucoup de choses et de gens me font rire. Mais c’est vrai que j’aime bien l’humour noir, l’ironie et les sarcasmes. Je ris souvent à propos de souvenirs drôles et joyeux. Je rigole aussi nerveusement quand je suis vraiment fatiguée (je n’arrive pas trop à l’expliquer !). Et je ris beaucoup après quelques verres de tequila…

Agné sur Instagram : foodnature

Photographie : (c) Oblak Photography.

Stella. Photographie : (c) Oblak Photography.

Stella, 23 ans, Croatie

Quels sont tes rêves pour le futur ?

Il est difficile de se projeter dans l’avenir tant la société et l’économie sont instables aujourd’hui. Il est donc difficile actuellement d’avoir des rêves concrets. Néanmoins au fond de moi, j’ai des rêves. J’aimerais trouver un emploi que j’aime mais cela après avoir voyagé et avoir trouvé un bel endroit pour vivre.

Mon plus grand rêve, c’est peut être de réussir mon diplôme en Philosophie esthétique et en Littérature anglaise et d’ouvrir mon propre café, un endroit confortable où les gens pourront se sentir bien en mangeant de la bonne nourriture, en buvant du vin, du café, du thé ensemble en discutant de bons livres, en regardant de belles photographies (une de mes grandes passions), en écoutant des concerts (une autre de mes passions) et aussi en parlant de mode et de design, sujets qui m’intéressent beaucoup.

Qu’est-ce que tu aimes dans ton pays d’origine?

Il y a beaucoup de choses que je n’aime pas, mais pas seulement dans mon pays. Je vis éloignée de mon pays d’origine depuis plus de cinq ans, j’ai vécu dans des pays voisins de la Croatie, et je suis actuellement en Finlande. J’ai donc eu beaucoup de contacts avec d’autres cultures, d’autres sociétés. Ce que j’aime le moins dans mon pays d’origine, c’est la politique, mais je n’aime pas la façon dont on fait de la politique dans le monde entier aujourd’hui.

Il y a quelque chose de «cassé» partout dans le monde et je pense que c’est le temps d’une grande révolution. Mais en même temps, je me demande si une révolution est encore possible car les gens vivent leurs petites vies sans se préoccuper de ce qu’il se passe. Ils sont trop épuisés pour envisager de se révolter !

Quel grand personnage historique aimes-tu ?

Je n’aime aucun personnage historique. Ils ont tous des bons côtés mais aussi des mauvais. Or, on ne connaît que les bons côtés car la société veut nous faire uniquement voir les aspects positifs de ces soi-disant grands personnages. En plus je pense que l’on peut toujours faire mieux et plus que n’importe quelle personne dans l’histoire, car nous pouvons apprendre des erreurs nombreuses commises dans le passé. Je n’ai pas de modèles historiques, pour moi les modèles n’existent pas. J’essaye juste de faire de mon mieux pour accomplir mes espoirs et mes rêves. Je pense que si tout le monde faisait comme moi, le monde serait bien meilleur à vivre ! Il faut s’efforcer d’être les meilleurs possible tout en essayant d’être en accord avec nous-mêmes. Il ne faut pas chercher à ressembler à une image ou à une idole. On vaut beaucoup plus que n’importe quelle image mais cela, on ne le voit pas toujours malheureusement.

Le blog de Stella : annabel-8.deviantart.com

Photographie : (c) Timo Korkankiangas.

Arianna. Photographie : (c) Timo Korkankiangas.

Arianna, 20 ans, Italie

Qu’est-ce que tu n’aimes pas à Helsinki ?

Je tiens à préciser que j’aime beaucoup Helsinki mais il est vrai que la ville parfaite n’existe pas. Il y a une chose que je n’apprécie vraiment pas : c’est la saleté des rues la nuit et les gens ivres errant comme des zombies. Je n’aime pas du tout cette odeur d’alcool et de pisse dans certaines rues le soir.

On dit que les Finnois sont plus aimables et plus pacifiques même bourrés mais je ne suis quand même pas tranquille. Je ne préfère pas rester auprès d’eux pendant qu’ils pissent ou crachent dans la rue. Finnois ou pas, j’ai peur qu’ils viennent me casser la gueule !

Et puis je n’aime pas quand ils font des bruits étranges et grossiers avec leur gorge comme des vieillards malades ! Ce que je n’apprécie pas non plus à Helsinki, c’est que la vie y est extrêmement chère et qu’il y fait très froid (ce qui n’est pas exactement ce que préfère de la Finlande, peut-être parce que je n’y suis pas habituée, venant du sud de l’Italie !).

Quel est ton livre préféré ?

Je pense que je n’ai pas de livre préféré car chaque livre que j’aime est spécial pour des raisons différentes : pour les émotions qu’ils m’ont procurées, pour les souvenirs auxquels ils sont associés, pour les valeurs qu’ils véhiculent et qu’ils m’ont transmises.

Il est vraiment difficile et injuste de déclarer que tel livre est meilleur qu’un autre. Mais bon, c’est vrai que j’ai quand même un faible pour Un uomo (Un homme) d’Oriana Fallaci. Cette journaliste et écrivain raconte l’histoire d’Alexandros Panagoulis, un politicien révolutionnaire qui s’est battu dans la résistance grecque des années 1970. C’est une histoire vraiment très émouvante qui traite de grands thèmes comme la politique, l’Histoire, l’amour, la souffrance.

Quel est ton dessin animé préféré ?

Mon dessin animé préféré est Shrek, il a accompagné la fin de mon enfance. Le film est drôle et enthousiasmant mais il a aussi plusieurs niveaux de lecture et une belle morale qui nous fait réfléchir sur ce qui est réellement important dans nos vies.

J’aime beaucoup les personnages, leurs relations, la façon dont ils tiennent les uns aux autres. Il y a de la tendresse et en même temps, on sourit et on se marre. Ce sont des films très agréables avec des bandes originales très réussies et de belles fins heureuses. Chaque film est pour moi un véritable cadeau et tout finit par aller bien malgré les difficultés.

Photographie : (c) Jari-Pekka.

Jari-Pekka. Photographie : (c) Jari-Pekka.

Jari-Pekka, 29 ans, Finlande

Qu’aimes-tu dans ton pays ?

J’aime la société finnoise qui n’est pas parfaite mais est quand même une société relativement apaisée et solidaire. C’est une société qui vient en aide aux gens dans le besoin et qui a une fiscalité progressive et juste.

Quel est ton film préféré ?

Probablement The Fountain avec Rachel Weisz et Hugh Jackman. C’est une histoire magnifique qui imbrique trois récits se déroulant dans trois époquesdifférentes. C’est un film d’amour et de vie qui parle du sens de nos existences, de nos frustrations, de nos peurs et de nos espoirs : il traite tout simplement de notre humanité.

Qu’est-ce que tu n’aimes pas dans le monde ?

Je n’aime pas le partage déséquilibré des pouvoirs entre les sexes, les pays, les couleurs de peau. Le pouvoir est aux mains de l’ homme occidental riche. Quelques personnes possèdent presque tout dans le monde et ce sont toujours des hommes riches et blancs, c’est vraiment anormal !

Jari-Pekka est un homme politique, il appartient à l’Alliance de gauche finnoise. Il est l’un des porte-paroles des jeunes de ce parti.

Page Facebook publique en finnois: https://www.facebook.com/jarrukanniainen?fref=ts

Photographie : (c) Evelien de Pauw.

Astrid. Photographie : (c) Evelien de Pauw.

Astrid, 21 ans, Belgique

Quelle est ta période historique favorite ?

C’est sans doute le 18e et le 19e siècle. La fin de l’absolutisme, la Révolution française, le début de la révolution industrielle et de la modernisation. Ces deux siècles ont fondé notre société moderne. J’adore la littérature de cette époque : il y a d’abord le romantisme qui est suivi par le réalisme, ce sont mes deux genres littéraires favoris, même s’ils sont très différents. Ils parlent des mêmes choses mais avec une perspective différente, je trouve cela fascinant !

Quel est ton genre de musique préféré ?

Je ne suis plus aussi « extrême » qu’auparavant, je ne suis plus aucun artiste avec autant de ferveur qu’il y a quelques années mais je continue à préférer le rock, le métal, le gothique.

Quand j’étais plus jeune, je trouvais le que la pop montrait trop le bon côté de la vie, idéalisait trop et romantisait tout. Ce n’est pas le cas des musiques alternatives, c’est pour cela que j’écoute ce type de musique. Les sujets abordés sont variés, et on peut voir dans toute la musique alternative la volonté de présenter la vie de façon plus réaliste. Les artistes traitent les sujets de façon plus brutale, plus « hard », c’est vrai. Mais je trouve cela beaucoup moins hypocrite que la façon dont opère la musique pop. Aujourd’hui, j’écoute un peu plus de tout mais mon opinion profonde sur la musique n’a pas beaucoup changé. Pour moi, la pop peine à trouver un sens, une morale, alors que la scène alternative a des valeurs et les chansons ont à chaque fois des sens profonds, parfois complexes à décrypter.

Qu’est-ce qui te déstresse ?

J’aime faire un peu de sport et marcher pour me vider la tête. J’aime en particulier faire du jogging, cela me calme. Quand on court, on ressent l’adrénaline et on se rend mieux compte de notre respiration qui est un processus constant mais qu’on ne remarque plus en temps normal. Ensuite je me sens fatiguée mais soulagée, comme délivrée du fardeau qui pesait sur mes épaules. Et après, je regarde une série, je lis un livre, je sors boire un verre et discuter avec mes amis.

Le blog d’Astrid : astridihmemaassa.wordpress.com

Matthias Hardoy.

Matthias Hardoy

Matthias Hardoy

Parle beaucoup de cinéma et un peu d'autres choses (radio, théâtre...) Franco- espagnol de nationalité, finnois de cœur et parisien depuis peu...
Matthias Hardoy

Written by Matthias Hardoy

Parle beaucoup de cinéma et un peu d'autres choses (radio, théâtre...) Franco- espagnol de nationalité, finnois de cœur et parisien depuis peu...