Cet article est extrait du n°9 de la revue Y, téléchargeable ici.

Pour toi, Y, deux membres de la rédaction (dont la rédac’chef qui prend des risques !) se sont aventurées dans les ruelles brumeuses de London (baby). Ce n’était pas de tout repos mais il faut savoir se forcer à faire des reportages à l’international… Oui, on sait, vous nous plaignez, c’est gentil ! Voici donc quelques petits « tips » pour se rendre à London (baby).

Comment y aller ?

Si vous êtes un ami de l’écologie et que vous voulez un moyen pas trop onéreux pour vous rendre à Londres, le mieux, c’est quand même l’Eurostar. Surtout que pour nous, petits Y fauchés, les allers-retours commencent à partir de 89€ si on s’y prend à l’avance (surtout que c’est rigolo, l’Eurostar, on est sous la Manche on ne sait pas trop comment et on peut même voir des poissons à travers les hublots [1]). Sinon, en moins cher, il y a aussi les bus Eurolines mais là… bonne chance ! Bon et puis l’avion, le ferry, la nage, le chameau… Tout ce que vous voulez !

La City

La cathédrale Saint-Paul est la porte d’entrée de la City : si ce n’est pas le quartier le plus vivant de Londres, il n’est pas désagréable d’aller y faire un tour en semaine pour prendre le pouls de l’économie anglaise… Les hommes en costume s’agitent pour rejoindre les pubs les plus proches où ils ont l’air de bien s’amuser après le travail. Au cœur de la City, le Leadenhall Market, beau marché couvert conçu par Sir Horace Jones en 1881. Aujourd’hui, ce sont des boutiques alimentaires et vestimentaires, aux devantures colorées de rouge et de vert, qui animent les magnifiques rues du quartier. Niveau intello-bobo-branchouille, on n’est pas mal ceci dit… MAIS une scène de Harry Potter y a été tournée (la boutique d’Ollivander, enfin !) et rien que pour cela, ça vaut le coup ! Qui dit la City, dit aussi le fameux Cornichon dont Amélie est fan, cette tour dont elle vous a parlé au moins trois fois dans la revue Y !

Le vieux Londres

Non loin de la City et de ses quelques ruelles authentiques se cachent deux éléments ô combien célèbres de Londres : la tour de Londres et le Tower Bridge. La tour de Londres vous évoque bien sûr (hum !) le château de Guillaume le Conquérant – une prison peu sympathique – mais aussi les joyaux de la Couronne qui y sont toujours soigneusement conservés. Donc si vous êtes férus d’histoire, this is the place to be. Le Tower Bridge, flanqué de ses deux tours, a été quant à lui longuement admiré pour son pont basculant, le plus sophistiqué de l’époque (XIXe siècle). De l’autre côté du pont, un quartier industriel bien sympa aux rues sombres évoque l’atmosphère de Docteur Jekyll et Mr Hyde. On vous conseille de faire toute la balade qui longe la Tamise jusqu’à la Tate Modern : elle est vivante et donne de beaux points de vue sur la capitale. Au passage, on traverse le Borough Market, un marché situé sous une rame de métro où il est sympa de déambuler. On passe aussi devant le Shakespeare’s Globe, musée retraçant la vie de Willy et présentant quelques pièces à partir du mois d’avril.

La Tate Modern, mouais, pourquoi pas…

Comme on se veut branchouille à la rédac’, on a tenu à faire au moins un musée : pas n’importe lequel, le Tate Modern Museum (musée situé dans une ancienne centrale électrique rénovée par l’agence d’architecture Herzog & de Meuron). Alors voilà, le bâtiment est vraiment impressionnant, on peut y admirer des Mondrian, Picasso, Braque… et des installations beaucoup plus bizarres… On ne sait toujours pas si on a raté tout un étage ou si le musée est vraiment petit et peu fourni, mais on a été quelque peu déçues.

Le quartier touristique de Westminster

Détour londonien obligé pour ceux qui viennent pour la première fois : Big Ben, Westminster et au minimum la visite des Chambres du Parlement (The Houses of Parliament). La visite permet de mieux connaître le système politique anglais : le fonctionnement de la législation, l’ouverture du Parlement selon des rituels bien compliqués (l’arrivée de la Reine par une porte mais qui doit rester cantonnée dans un hall), le processus des votes des lois… Et puis pas loin non plus, photo incontournable devant Buckingham Palace avec, qui sait, peut être la chance de croiser Madame la Reine ! On peut aussi en profiter pour prendre le vert à Hyde Park, poumon vert de la ville, où nos chers British en profitent pour se défouler un peu : footing, barque, vélo ou encore… ski d’été.

Le quartier de Kensington 

De l’autre côté de Hyde Park, dans le très chic quartier de Kensington, se dressent de belles façades gentiment alignées et de nombreux musées. C’est ici que se situe le célèbre magasin Harrods, le « BHV » londonien où l’on trouve aussi bien de la nourriture et des vêtements chics, que tout un étage rempli de jouets qui feront rêver les petits et les grands !

Aller parier sur des courses hippiques à Covent Garden

Tu es à Londres, Londres est en Angleterre, les Anglais font des paris sur des courses hippiques et cela les passionne à tout âge ! Alors nous, comme on est curieuses et qu’on était là-bas pile au moment de « the grand court » (la course de l’année apparemment !), nous nous sommes rendues (accompagnées d’amis anglais) dans le pub The Lemon Tree, très chic, pour voir la course. Ambiance garantie pendant 15 minutes entre les clubs de supporters, les étudiants et les choppes de bière. C’est aussi l’occasion de se promener à Covent Garden où le beau marché couvert abrite aujourd’hui de nombreuses boutiques assez touristiques. Le quartier est animé, artistique et de nombreux shows dans la rue rendent la promenade sympa.

Faire un petit tour sur la Tamise pour rejoindre les dieux du stade

Pour profiter d’un beau panorama sur Londres sans se ruiner, la faille est simple : il suffit juste de prendre les navettes fluviales qui se trouvent un peu en aval du London Eye. Nous, on a été jusqu’à l’ancien site des jeux olympiques (Greenwich) pour voir un petit peu ce que cela donne. Résultat : un quartier d’affaires avec salles de concert, art urbain, téléphériques… A voir car tout ceci est assez futuriste.

Jouer les bobos dans le quartier de Shoreditch

Le quartier de Shoreditch à la tombée de la nuit est très vivant, un lieu idéal pour sortir. On vous conseille d’aller manger un « fish and chips » chez Poppie’s où vous pouvez choisir le type de poisson que vous voulez manger : trop bon ! Et puis cela permettra de tenir la soirée car l’endroit ne manque pas de bars et de pubs dans des rues où habitat et art urbain vont de pair.

Marcher sur les pas des Beatles…

Sur Abbey Road, sans doute le passage piéton le plus bondé au monde. En effet, tout le monde veut avoir sa photo en train de le traverser, comme sur la fameuse pochette de disque. D’ailleurs, les automobilistes partagent votre joie… C’est aussi l’occasion de découvrir les légendaires studios d’enregistrement (bon, de l’extérieur), de faire coucou à la web-caméra qui filme 24h/24 ceux qui se prennent pour John et Paul (http://www.abbeyroad.com/crossing), et de faire son rebelle en taguant le mur (nous on a signé « Amélie and Claire come together », oui, c’est beau). Jetez un coup d’œil au quartier résidentiel dans lequel vous vous trouvez, les pelouses sont impeccables et, contrairement à Paris, vous pouvez embrasser les pavés sans risquer une infection. Bifurquez ensuite vers Regent’s Park, que nous avons préféré, snobs que nous sommes, à Hyde Park.

…et de Harry Potter

Pour les moldus férus de littérature, comme c’est notre cas, rendez-vous à King’s Cross pour trouver la plateforme 9 3/4 (inutile de tourner en rond pendant 1 heure comme ça a été notre cas, la plateforme ne se trouve plus près des quais, mais juste à côté de la boutique de produits dérivés Harry Potter, dans le hall principal). On peut ensuite se faire prendre en photo avec l’écharpe qu’on veut (Gryffondor pour Amélie, parce que soi-disant c’est le Choixpeau magique qui en a décidé ainsi, Serpentard pour Claire, parce que son côté bad girl n’a échappé à personne).

Bloosmburry et Soho, la dolce vita à l’anglaise

Direction le très joli quartier intello-bobo-branchouille-étudiant de Bloomsburry, avec déjeuner à Gail’s Kitchen (sandwich à l’omelette aux fines herbes suivi d’un scone ou d’un brownie… on en salive encore). On a même profité de la terrasse en plein mois d’avril, car non, foutaises et balivernes, il ne pleut pas toujours à Londres !

A Soho (rien à voir avec celui de New York), nous avons déniché un salon de thé plutôt sympa, le Caméllia’s, dans lequel vos rédactrices préférées ont dégusté un thé « Beautiful Skin » (les effets n’ont pas encore été prouvés…) en louchant sur les carrot cake, puddings et autres cheesecakes que nos voisines de table ont eu le bonheur de connaître.

Redescendre ensuite de Regent’s Street à Picadilly Circus (attrape-touristes bonjouuur), pour se rendre compte que les sites touristiques c’est bien, mais ce n’est assurément pas le meilleur de Londres. D’ailleurs, on en redemande encore !

Bons plans :

Pour les fashionistas :

  • Faire du shopping à Oxford Street, profiter de Primark avant qu’il ne débarque en France, de Topshop et des multiples magasins de souvenirs.

Pour ceux qui n’ont qu’une journée à passer à Londres :

  • Voir Big Ben, de jour, de nuit, symbole immuable de la ville, magnifique.

Pour ceux qui veulent manger sans se ruiner :

  • Aller au moins une fois au Prêt à Manger (« Prêt’s » pour les intimes), parce que tout le monde y va, se lancer dans le porridge, constater que cette bouillie d’avoine sans goût est à la hauteur de sa réputation (sérieusement, est-ce qu’il faut rajouter quelque chose avec ? des fruits, du chocolat ?), ou choisir plutôt un soufflé fromage/tomates pour les moins téméraires (Amélie, donc). Cela dit, le Prêt à Manger propose de nombreux plats de restauration rapide bons et pas chers. Dépanne bien !
  • Prendre un petit déjeuner à l’anglaise : à défaut d’avoir goûté au véritable « bacon and eggs », qui se fait plutôt rare dans les cafés branchés de Londres, nous avons pu nous régaler de soufflés au fromage et bacon devant Saint Paul’s Cathedral. A noter, le personnel de la restauration est très accueillant, alors pensez bien au pourboire, une véritable institution outre-Manche (10% du prix du repas). Gare à ceux qui l’oublient, vous risquez de passer pour des Français radins (qui a dit « pléonasme » ?)…
  • Déguster un « white tea » (attention, il ne s’agit pas de « thé blanc » mais de thé, souvent Earl Grey ou nature, accompagné du fameux « nuage de lait ») et assister au débat entre ceux qui versent le lait avant, et ceux qui le versent après. Nous on a toujours rien compris…
  • Manger des jacket potatoes : ces pommes de terre en robe des champs dont l’intérieur, rempli de cheddar, beans ou tout ce que vous voulez, est un régal bien revigorant après une journée de tourisme !
  • Bifurquer par hasard et tomber sur le tant convoité Hummingbird Bakery, pour se goinfrer (oui, encore) des meilleurs cupcakes londoniens. Demander un adorable petit emballage pour transporter son délicieux gâteau et le savourer, les yeux brillants, devant un coucher de soleil à Saint James Park (la vie de journaliste est d’une atrocité sans nom).

Pour ceux qui veulent dormir sans casser leur tirelire :

  • L’auberge de jeunesse Saint Paul’s Cathedral, qui propose des chambres privées de 2 à 4 lits pour environ 40 euros par personne et par nuit. Sa situation est idéale, centrale tout en étant dans un quartier calme. Elle se trouve tout à côté de La City, emplacement stratégique pour observer les Britanniques en costume-cravate se rendre au travail et déguster une bière (toujours en costume) debout dans la rue dès la sortie.

L’anecdote intéressante du voyage :

Chose étrange mais pour le moins remarquable : Margaret Thatcher est morte le jour de notre retour. Devant vos regards accusateurs, sachez que c’était pas nous, c’est celui qui dit qui l’est, et puis tout ça est une coïncidence chers lecteurs.

Claire Faugeroux et Amélie Rousseau.

[1] La rédaction se dédouane de toute plainte concernant l’absence de poisson le jour du voyage.

 

Vous voulez découvrir nos autres articles Voyages ? Cliquez sur les icônes dans la carte ci-dessous, vous trouverez les liens des articles correspondants !

Claire Faugeroux

Claire Faugeroux

"Y" dans l'âme, fermement décidée à prouver que sa génération a construit sa propre culture, nez collé aux écrans... ou pas !
Claire Faugeroux

Written by Claire Faugeroux

"Y" dans l'âme, fermement décidée à prouver que sa génération a construit sa propre culture, nez collé aux écrans... ou pas !